Per favore scelga la sua nazione e lingua
Italia, Italiano

ABSA Cape Epic : Malgré une chute sur la fin du parcours, le marathon du jour a bien convenu au duo du BMC Mountainbike Racing Team !

1. aprile 2011

Elgin, Afrique du Sud

Cette 5ème étape faisait office d'épouvantail dans le peloton, et, au final, l'épouvantail n'a pas vraiment fait son effet... Même pas sur les staffs de chaque équipe qui ont déménagé de Worcester à Elgin, ce matin, en deux coups de cuillère à pot, malgré les quelques 100km qui séparent les deux villes.

Longue de 143km, avec 2'350m de dénivelé positif, la plus longue étape de la Cape Epic 2011 a fait beaucoup parler d'elle, ces derniers jours. Pourtant, à l'arrivée en ce début d'après-midi, une partie des coureurs ont relativisé les arguments de « poids » qui avaient été avancés jusqu'à la veille, pendant que d'autres confirmaient avoir vraiment souffert. Pour les premiers, c'est probablement la fraîcheur de la température de la matinée qui aura permis de « passer » aussi facilement les obstacles du jour. Pour les seconds, cela est certainement dû aux 4 étapes qu'ils ont déjà dans les jambes....

Alexandre Moos, après une première montée difficile, a bien pu gérer le reste de l'étape et rejoindre l'arrivée dans un très bon temps, avec Balz Weber, malgré une chute dans la dernière descente. Heureusement pour le Miégeois, cette chute devrait rester sans gravité (contusions et éraflures sur la cuisse gauche), mais nous en saurons plus demain matin.
Nos deux protégés ont rejoint l'arrivée en 5h26'34, en 8ème position sur l'étape, avec 7'04'' de retard sur le premier tandem, Sauser - Stander, qui gagnent ainsi leur 5ème étape de 6 possibles. Impressionnant ! Au général, BMC gagne un rang, en passant à la 8ème place.

Demain, la 6ème étape se déroulera, en boucle, sur 128km, avec 2'700m de dénivelé et sera ainsi l'étape avec le plus de dénivelé de la course 2011. Ce qui réjouit Balz Weber : « Le dénivelé de cette étape permettra de séparer le grain de l'ivraie. Pour certains, il est toujours possible de suivre au plat ou de revenir dans les descentes, mais si les montées se prolongent, c'est là que l'on reconnait vraiment, qui est forme ou non. » Mais il y aura aussi des potions de sable dans cette région proche de la côte de l'océan... indien, ce qui compliquera aussi les choses. En couronnement à l'étape, la dernière montée passera dans la première réserve de la Biosphère, instaurée par l'UNESCO en Afrique du Sud, « The Kogelberg Biosphere Reserve ». Cette réserve naturelle est aussi connue sous le nom de « Royaume floral du Cap », où plus de 1'650 sortes de plantes prolifèrent. On y trouve aussi, entre autres, l'exclusif léopard du Cap, espèce en voie de disparition, qu'un projet soutenu par la ABSA Cape Epic, tente de protéger... A demain...

Texte: Ugo Dessimoz

Toutes les informations sur le parcours, les résultats et les classements se trouvent sur www.cape-epic.com