Veuillez choisir votre pays et votre langue
France, Français

team news

Cadel Evans porte le maillot jaune pour la troisième fois de sa carrière. (©BMC/Tim de Waele.))
Cadel Evans porte le maillot jaune pour la troisième fois de sa carrière. (©BMC/Tim de Waele.))

Cadel Evans leader du Tour de France

23. juillet 2011

Grenoble, France

En terminant deuxième du contre la montre individuel de Grenoble Samedi Cadel Evans de l’équipe BMC Racing Team s’est emparé du maillot jaune avant la dernière étape des Champs Elysées.

Respecter le plan de route jusqu’au bout
Equipé de son BMC Timemachine TM01 Cadel Evans a passé les trois points intermédiaires en deuxième position à quelques secondes du vainqueur du jour Tony Maartin (HTC-Highroad) et échoue à seulement sept secondes de l’Allemand sur la ligne d’arrivée. Le plus important était néanmoins ailleurs pour l‘Australien aujourd’hui. En devançant Andy Schleck (Leopard Trek) de 2min 31sec (maillot jaune au départ) sur les 42,5km du parcours que Cadel Evans s’empare de la tête du classement général. Une fois revêtu le maillot jaune Evans avouait avoir travaillé pendant 20ans pour ce moment. «Honnêtement je n’arrive pas encore à le croire. J’ai tout donné dans ce contre la montre comme lors de chaque étape sur ce Tour. Chaque jour l’équipe s’est sacrifiée à 99.9 voir 100% pour moi et pour ce succès d’équipe. Je suis passé par quelques moments difficiles et j’ai eu ma part de malchance mais nous n’avons jamais dévié d’un iota du plan que nous nous étions fixé au départ, travailler jusqu’au bout. » Au classement général Cadel Evans devance Andy Schleck (2nd) de 1 :34 à la veille de rallier Paris pour une dernière étape (95km) qui s’annonce comme une formalité pour l’Australien et l’équipe BMC Racing Team.

La victoire d’étape était possible
Le Directeur Sportif de l’équipe BMC Racing Team John Lelangue avouait que la tactique mise en place avec son coureur avant de s’élancer avait été de ne penser qu’à la victoire d’étape afin d’oublier les 57 secondes qui le séparait du maillot jaune. « C’est ce qui nous a permis d’oublier le maillot jaune et de d’évacuer la pression. Notre plan a échoué de très peu puisque dans la dernière descente Cadel pointait plus qu’à deux petites secondes de Tony Martin. A ce moment je lui ai demandé de lever le pied car je trouvais qu’il commençait à prendre trop de risques. »

Notre préparation : La clé du succès
Le Président et Manager Général de l’équipe BMC Racing Team Jim Ochowicz qui est venu sur le Tour de France en tant que Manageur Général de la formation américaine 7eleven pour la première fois en 1986 admettait qu’il avait du mal à trouver les mots pour décrire l’ampleur de ce qu’avait réalisé Cadel Evans. «Avant toute chose c’est une victoire incroyable pour Cadel. Toute l’équipe de coureurs, tout le staff ont fourni des efforts gigantesques pour permettre à Cadel de courir dans les meilleures conditions. Le Tour ne débute pas lors de la première étape mais bien avant. Il aura fallu de long mois d’entrainement pour tout le monde et une préparation minutieuse pour en arriver à cet épilogue. On ne connait jamais le résultat avant le départ mais dès la première étape Cadel a été présent devant notamment grâce à une équipe fantastique qui l’a toujours protégé et qui a fait un boulot exemplaire. »

Ecrire l’histoire
Evans est le cinquième Australien à porter le maillot jaune, maillot qu’il avait déjà porté à deux reprises en 2008 et 2010 sans pouvoir s’imposer sur les Champs par la suite. Il a mené la course pendant une journée l’année dernière avant de rétrograder au classement pour cause de fracture du coude. L’ancien Champion du Monde compte également deux places de deuxième (2007,2008). A l’heure qu’il est Evans avouait ne pas avoir eu le temps de penser au fait qu’il était le premier coureur de l’hémisphère sud à porter le maillot jaune à Paris. « Je crois qu’il va me falloir un moment avant de réaliser tout ce qui m’arrive. Aujourd’hui je n’ai pensé qu’à rouler le plus rapidement possible lors de ces 42 kilomètres. J’espère que tout le monde aura pris autant de plaisir que moi. »