Veuillez choisir votre pays et votre langue
Benelux, Français

team news

Alessandro Ballan devra bien patienter prêt de 4 mois pour reprendre la compétition. (Photo: Michael Zanghellini.)
Alessandro Ballan devra bien patienter prêt de 4 mois pour reprendre la compétition. (Photo: Michael Zanghellini.)

Alessandro Ballan récupère de ses blessures

10. February 2013

Alessandro Ballan se remet bien d’une opération subie pour enlever des adhérences. Selon le médecin-chef du BMC Racing Team, Max Testa, la cicatrisation des tissus opérés précédemment se passe normalement.

Pas de remise en question du calendrier de récupération
Alessandro Ballan a subi une nouvelle intervention chirurgicale, mercredi passé, suite à l’apparition, mardi, de douleurs stomacales.  «En raison de l’intensité de la douleur mais aussi de sa persistance, j’ai tout d’abord pensé à un problème digestif», a expliqué l’ancien champion du monde sur route. «Mercredi soir, comme il n’y avait aucune amélioration, je me suis rendu à l’hôpital.» Sur place, les médecins ont effectué une chirurgie exploratoire. Selon Max Testa, le médecin-chef du BMC Racing Team, la Faculté a découvert des adhérences à l’endroit où les médecins avait procédé, au mois de décembre, à l’ablation de la rate. Suite à un grave accident lors d’un entraînement, l’Italien s’était aussi fracturé la jambe gauche en deux endroits et une côte. Pour le Dr Testa, le calendrier de remise en forme d’Alessandro Ballan n’est pas remis en cause. «L’opération effectuée pour enlever les adhérences s’est déroulée sans complication et Alessandro se porte bien. Je ne crois pas que cette intervention portera à conséquence sur le calendrier initial de récupération pour un retour sur les courses en 4 mois. Toutefois, Alessandro devra patienter quelques semaines avant de remonter sur un home-trainer.» De son côté, Alessandro Ballan n’a pas caché sa satisfaction après la réussite de l’intervention qui l’avait inquiété ainsi que sa famille. «A présent, je veux regarder devant moi et la seule chose qui compte passe par un retour sur mon vélo aux côtés de mes coéquipiers. Je ne veux plus entendre parler d’hôpital.»